ARTthé
Salon de thé & restaurant 

Cuisine maison & produits frais

Salon de thé & Restaurant  -  27, rue Campagne Première PARIS 14°

QUELQUES MOTS SUR LA RUE CAMPAGNE PREMIERE

Ainsi nommée par le général TAPONIER qui voulait évoquer sa première campagne de Wissenbourg en 1793, la rue campagne première se révéla dès la fin du XIXè siècle, un véritable épicentre de créativité, à une époque où de nombreux artistes de tous horizons attirés par le rayonnement de Paris, trouvent dans le quartier Montparnasse encore relativement en friche, des ateliers à des loyers modiques ainsi qu'un environnement propice à la sociabilité, à l'émulation et à l'entraide dans la présence de cafés bon marché.

L'hotel ISTRIA situé au 29 de la rue, vit ainsi défiler toutes les formes de représentations artistiques dans les personnes de Marcel DUCHAMP, KISLING, PICABIA, KIKI de Montparnasse, RILKE, Tristan TZARA, Eric SATIE, ou encore MAÏAKOWSKY entre autres. Elsa TRIOLET, et ARAGON, FOUJITA ou MAN RAY, ou encore Yves KLEIN établirent un temps leurs quartiers dans cette rue.

En 1911, se construisit sous l'impulsion, d'André-Louis ARFVIDSON, un immeuble d'ateliers au 31-31Bis de la rue Campagne première, magnifique exemple d'art déco. La façade habillée de carreaux de grès polychromes (signés d'Alexandre BIGOT) est agrémentée d'un décor de guirlandes traduisant le style en vogue de l'époque.

Par cette commande, l'architecte reçut une prime au concours des façades de la ville de Paris et la ville s'enorgueillit désormais d'une de ses plus belles façades.

Cette rue fut également immortalisée par Jean-Luc GODARD dans son film A bout de souffle (1960), car c'est au bout de celle-ci, après une longue poursuite depuis le n°11, que le héro blessé, Michel Poiccard incarné par Jean-Paul BELMONDO, s'écroule avant de mourir.